Pensions -  Un accord qui préserve les droits des uns et en accorde de nouveaux à d’autres 

20 avril 2018 à 11:57

 

Le président du MR Olivier Chastel se réjouit de l’accord conclu par le gouvernement fédéral de Charles Michel en matière de pensions.

« Comme le gouvernement s’y était engagé, l’âge légal a bien été reporté à 67 ans en 2030, mais pas plus aujourd’hui qu’en 2030, ceux qui ont une carrière complète ou exercent un métier pénible ne travailleront jusqu’à l’âge légal de la pension », déclare le président du MR.

Pour rappel, les partenaires sociaux ont établi quatre critères de pénibilité (contraintes physiques, organisation du travail, risques de sécurité, pénibilité mentale ou émotionnelle). En fonction de ces critères, les personnes exerçant un métier pénible pourront partir plus tôt à la pension. « Ce départ plus précoce n’entraînera pas de réduction du montant de la pension. Mieux encore : celles qui continueront à travailler un ou deux ans de plus auront droit à une pension plus élevée, grâce à un bonus pénibilité », souligne Olivier Chastel.

Cette réforme s’appliquera aux fonctionnaires comme aux salariés et aux indépendants. C’est un changement important. « Pour les fonctionnaires comme les enseignants, par exemple, le MR a toujours dit qu’il n’était pas question de supprimer le système des tantièmes préférentiels sans le remplacer par un autre », explique le président du MR. « Ce nouveau système de pénibilité bénéficiera à la fois à ces fonctionnaires, mais aussi à des salariés exerçant un métier pénible et qui n’avaient jusqu’ici aucun droit ».

A la lecture de cet accord, Olivier Chastel regrette d’autant plus les nombreuses campagnes de désinformation menées par les syndicats ou les partis d’opposition ces derniers mois. « Certains d’entre eux prétendaient que le gouvernement fédéral voulait que les belges travaillent plus pour gagner moins. D’autres estimaient que les pompiers, les conducteurs de train ou les enseignants devraient travailler 3, 8 ou 5 ans de plus. L’accord démontre que ces propos étaient mensongers. Effrayer la population en déformant la réalité n’est vraiment pas une manière responsable de faire de la politique », dénonce le président du MR.

Il appartient maintenant aux partenaires sociaux de définir la liste des métiers pénibles. « Le gouvernement fédéral de Charles Michel et son ministre des Pensions Daniel Bacquelaine ont pris leurs responsabilités en renforçant et en modernisant notre système de pensions. Il est désormais plus juste et équilibré », conclut le président du MR. 

Termes associés

Photos

26 avril 2018

Pour un libéralisme engagé !

Toutes les photos

26 avril 2018

Timeline Photos

Toutes les photos

Programme

Notre programme

Découvrez notre Manifeste et notre programme 2018

Programme complet