Publifin: Olivier Chastel veut une Commission d'enquête

8 février 2017 à 10:38

 

Le président du MR Olivier Chastel est très en colère suite aux multiples révélations de ces dernières semaines.

« Depuis 10 ans, la Wallonie n’avait pas connu un tel scandale. La majorité PS-cdH a un devoir d’inventaire. Pierre-Yves Jeholet le dénonce depuis des années: PS et cdH ont bloqué plusieurs réformes adoptées par le Parlement visant à renforcer la gouvernance et qui auraient précisément permis d’éviter le développement de telles pratiques inadmissibles, soit en n’assurant pas l’exécution de ces décrets, soit en reportant leur entrée en vigueur», dénonce Olivier Chastel.
 
Pour le président du MR, la mise en place d’une commission d’enquête est un préalable à toute discussion sur des réformes en matière de bonne gouvernance. « Il est indispensable de faire toute la clarté sur les causes et l’ampleur des dysfonctionnements », déclare le président du MR. « Cette commission d’enquête permettra également de préciser les réformes à adopter pour éviter que ce genre de dérives ne survienne à nouveau ».
 
Seule une commission d’enquête permettra de lever l’opacité entourant les intercommunales et les sociétés qui en dépendent. Pour Olivier Chastel, « Cette commission ne manquera pas de travail pour examiner tout ce qui pose problème dans ce secteur : dérives en matière de rémunération, absence de cadastre précis et détaillé de ces rémunérations, transfert d’activités à des filiales privées dont la gestion échappe ensuite aux actionnaires publics, multiplication des métiers opérés par les intercommunales, clarification des métiers relevant encore aujourd’hui de l’intérêt communal, impact sur les dividendes versés aux communes et provinces, traçabilité entre les excédents générés par les activités monopolistiques de service public, telles que la distribution d’énergie, et l’utilisation qui en est faite, nécessité de recentrer les moyens financiers dégagés sur les métiers de base de l’intercommunale, transparence de la comptabilité, absence de sanctions en cas de manquements, indigence du rapport rendu par l’administration en début de semaine… Il s’agira aussi d’identifier les responsabilités, notamment politiques ».
 
Cette volonté se traduira par le dépôt aujourd’hui d’une proposition visant à instaurer une commission d’enquête parlementaire. Tant Benoît Lutgen que Paul Magnette ont fait preuve d’une relative ouverture à ce sujet. A moins que certains n’aient des choses à cacher, elle devrait donc recevoir l’assentiment du Parlement wallon.
 
Olivier Chastel constate que de nombreuses propositions faites par le gouvernement wallon PS-cdH rejoignent celles émises par le MR depuis de nombreuses années. « Il est donc trop facile de jouer aujourd’hui les chevaliers blancs alors qu’il y a eu un manque flagrant d’anticipation. Dans ce dossier, le MR se veut constructif et prêt à balayer devant sa porte. Nous sommes donc prêts à apporter notre contribution à ce débat démocratique à travers cette commission d’enquête.  Ce scandale a déjà fait trop de dégâts pour l’image de la Wallonie et celle des très nombreux mandataires politiques qui exercent leur fonction avec rigueur et honnêteté », conclut le président du MR.

Photos

Programme

Notre programme

Découvrez notre Manifeste et notre programme 2018

Programme complet